Friday, April 20, 2018

VIETNAM
Musique Mnong Gar du Vietnam  Collection Musée de l'Homme  - Ocora OCR 80, recorded by Georges Condominas, 1958 & 1966 (LP)












The Proto-Indochinese (or Montagnard) Mnong people are Vietnam’s original inhabitants, who where gradually pushed back to the remote mountains by the expansionism of the Viet (Kinh) people from Tonkin and Annam.

The Mnong interact with invisible entities to achieve a world of balance, particularly during the celebration of the new rice harvest when offerings and buffalo sacrifices are made to the Mother of Rice and various other deities to ensure an abundant crop.

These recordings from villages in Central Vietnam showcase various gongs, drums, mouth harps and zithers, some of which produce riveting trance-inducing “muddy” quasi-electronic sound textures.

Les Mnong, assimilés aux Proto-Indochinois (ou Montagnards), sont les premiers habitants du Vietnam. Il furent au cours des siècles progressivement repoussés vers des zones de montagne reculées devant l'expansionnisme des Viet (Kinh) venus du Tonkin et de l'Annam.

Les Mnong communiquent avec des entités invisibles dans le but de maintenir un monde d'équilibre écologique et cosmique, en particulier lors de la célébration de la nouvelle récolte du riz au cours de laquelle des offrandes et des sacrifices de buffles ritualisés sont faits à l'attention des puissances célestes (la Mère du Riz, la Pluie, l’Eléphant, etc.) pour assurer une récolte abondante.

Ces enregistrements réalisés dans des villages situés au centre du Vietnam présentent divers gongs, tambours, et cithares, dont certains produisent des textures sonores distordues, quasi-électroniques et 
rythmées menant à la transe collective. 


Download 
Flac 



Monday, April 16, 2018

MALI
Sékou Batourou Kouyaté et sa Cora  Disques Kouma KLP 1041, 1976 (LP)
Mandingo Mandinka Mandingue Kora

Mandingo Mandinka Mandingue Kora

Mandingo Mandinka Mandingue Kora

Mandingo Mandinka Mandingue Kora

Sékou Batourou Kouyaté, aka Batrou, was one of the greatest kora players to emerge from the Mandingo world–the former Mali Empire, founded in the 13th century by the legendary Sundjata Keïta, which spanned modern day Sénégal, Gambia, Guinea, Mali, Burkina-Faso and Ivory Coast.

Born into a prestigious lineage of griots (or djelis), the maestro of the 21-string lute staunchly celebrated and defended his culture, joining l’Ensemble Instrumental du Mali in 1961, accompanying Malian divas like Fanta Damba, and transmitting his art and knowledge of tradition to younger generations. He was also one of the first to record instrumental kora LPs, including this solo record, featuring his precise, elegant and totally brilliant playing.

Sékou Batourou Kouyaté, ou Batrou, fut l'un des plus grands joueurs de cora issu de l'univers Mandingue  l'ancien Empire du Mali, fondé au XIIIe siècle par la légendaire Sundjata Keïta, qui s’étendait sur un territoire englobant le Sénégal, la Gambie, la Guinée, le Mali, le Burkina-Faso et le nord de la Côte d'Ivoire.

Né dans une prestigieuse famille de griots (ou djelis), le maître du luth à 21 cordes s’est fait le chantre de sa culture, en jouant notamment avec l'Ensemble Instrumental du Mali qu'il a co-fondé en 1961, en accompagnant des grandes divas maliennes comme Fanta Damba, et en transmettant son art et ses profondes connaissances de la tradition aux jeunes générations. Il fut également l'un des premiers à enregistrer des disques instrumentaux de cora, y compris ce disque solo, qui illustre parfaitement son jeu précis, élégant, et sa brillante virtuosité dans son interprétation des classiques du répertoire Mandingue.

Download

Tuesday, April 10, 2018

TURKEY – TURQUIE
Musique de Turquie  ALPHA 5018, Recorded by Claude Renglet , 1973 (LP).




This brilliant LP, released by the Belgian Alpha label, features a compelling panorama of Turkish music, including classical music (Side A1); enthralling music from the Sufi Order of the Whirling Dervishes, founded by the great Mevlâna Jalâluddîn Rumi in the 13th century, with delicate, timeless and metaphysical sung poetry and ney flute (A2); music of a Janissary marching band (A3); lovely regional folk and dance tracks from the Province of Edirne (A4), Anatolia (B1 & B2), and the Antalya region (B4); great kemence violin from the Black Sea (B3), and more.

Ce disque splendide, publié par le label belge Alpha, présente un panorama fascinant de la musique turque : de la musique classique (Face A1) ; des poèmes chantés et de la flûte ney délicats, hors du temps et métaphysiques de l'Ordre des Derviches Tourneurs fondé par le grand Mevlâna Jalâluddîn Rumi au 13ème siècle (A2) ; une marche des janissaires (A3) ; d'excellentes musiques folkloriques et de danses régionales, notamment de la province d'Edirne (A4), de l'Anatolie (B1 & B2), et du superbe violon kemence de la mer Noire (B3).


Download
MP3




Thursday, April 5, 2018

INDONESIA – INDONÉSIE
Musique de Java  L'Ecole de Loka Wangi - Centre Java – Disques Alvarès C 462 , Recorded by Jacques Brunet in Glagah Wangi, 1971 (LP).






This refined, subtle and intricate recording of the School of Loka Wangi from Central Java, features an instrumental piece performed at the Sultan’s palace (Track A1). A2 is music to accompany a traditional puppet-shadow play (Wayang Kulit) that can last all night. B1 is Surakarta court dance music with singers narrating the story of a young prince; and B2 features an orchestra with voices accompanying theatre dance.

Cet enregistrement raffiné, subtil et complexe de l'École de Loka Wangi du centre de Java, présente une pièce instrumentale jouée au palais du sultan (piste A1); une musique pour accompagner une pièce de théâtre traditionnelle de marionnettes d'ombre (Wayang Kulit) qui peut durer toute la nuit (A2); une musique de danse de Cour de Surakarta avec des chanteurs narrant l'histoire d'un jeune prince (B1); ainsi qu'une musique d'orchestre avec voix pour accompagner une danse de théâtre (B2).


Download

Ethnomusicologist Jacques Brunet, who recorded many great Asian musics, has a website featuring a discography of Gamelan music here.

Saturday, March 31, 2018

INDIA – INDE
Lalgudi Jayaraman with Lalgudi Shrimathi – HMV 7 EPE 1614 HMV – 1962 (Vinyl 7 inch, 45 RPM)
(1930-2013)




Lalgudi Jayaraman was one of the finest South Indian violinists, who, along with a great solo career, accompanied many leading Carnatic vocalists, such as M.D. Ramanathan and Maharajapuram Santhanam. Here Lalgudi, accompanied by his sister Shrimathi, weaves lyrical and conceptual forms that transcend the South Indian genre to touch upon the universal. The great classical violinist Yehudi Menuhin was once so impressed by Lalgudi’s playing he gave him his own violin.

Lalgudi Jayaraman était l'un des tout meilleurs violonistes d'Inde du sud, qui, en plus d'une grande carrière solo, a accompagné de nombreux chanteurs carnatiques de renom, tels que M.D. Ramanathan et Maharajapuram Santhanam. Ici, Lalgudi, accompagné par sa sœur Shrimathi, tisse des formes lyriques et conceptuelles qui transcendent le genre carnatique pour toucher à l'universel. Le grand violoniste classique Yehudi Menuhin a été tellement impressionné par le jeu de Lalgudi lors d'un récital qu'il lui a donné son propre violon.
Download

Postcard of Nandi (bull) in Mysore, late 19th century:


Tuesday, March 27, 2018

NIGERIA – NIGÉRIA
Sikiru Ayinde Barrister & His Golden Fuji Group – Fuji Exponent Vol. 8 – Africa Song Ltd - AS 46-L, 1976 (LP)
(1948-2010)




The first time I visited Lagos, in 1990, I was accompanied by a seasoned Lagosian who drove us in from Benin. We headed straight for the massive central market (before visiting Fela Kuti’s shrine), where I was astounded by the music blasting everywhere at full volume. How could such rootsy percussion-based music be cherished by these tough city dwellers when their counterparts in other far less urbanized African cities were mostly listening to modern African music, often tinged with sentimentalism?
It’s all about culture. Lagos, Nigeria’s beating economic heart and home to myriad people from many countries and regions, is first and foremost the capital of the Yoruba. And, because of its huge population, Nigeria is a world onto itself which doesn't need to look elsewhere. Alhaji Sikiru Ayinde Barrister's "Fuji" music, both modern and steeped in tradition, was all the rage (the name was inspired by Japan’s Mount Fuji, the mountain of love and peace!). Barrister's Yoruba Islamic "Were" style of music evolved over time and became increasingly secular, with Barrister later incorporating Juju-style guitars and electronic instruments for a modern touch. But the core of his music always remained his 15- to 20-member band of superb percussionists playing traditional Yoruba instruments accompanied by the singer's beautiful voice.
Barrister was a highly sought after MC, conveying great prestige to lavish marriage celebrations which drew distinguished guests along with crowds of the uninvited hoping to hear the music or even catch a glimpse of the "Balaa of Lagos." Barrister's majestic voice accompanied by frenetic multilayered drumming created a feeling of excitement and was absolutely the ultimate for dancing. I had the great privilege of seeing him perform twice in the 1990s. Most regrettably, he is largely unknown outside the Yoruba community.
After posting Yoruba Apala and Sakara music, we now feature Yoruba Fuji with this traditional-sounding early Barrister record from 1976. Side A is a very slow track, requiring much greater rhythmic precision than fast-tempoed music. Side B is a true delight, featuring gorgeous fading backup vocals behind Barrister’s commanding voice.

La première fois que j'ai visité Lagos en 1990, je suis venu par la route du Bénin accompagné par un Lagosien au caractère bien trempé. Avant de visiter le « Shrine » de Fela Kuti, nous nous sommes rendus au marché central gigantesque où j'ai été immédiatement étonné par la musique qui résonnait partout à plein volume. Comment cette musique percussive aux sonorités si roots pouvait-elle être si appréciée par ces citadins endurcis alors que ceux des villes dans d'autres pays africains écoutaient essentiellement de la musique moderne souvent teintée de sentimentalisme ?
Tout part de l’importance de la culture. Lagos, le poumon économique du Nigéria qui abrite une foultitude de personnes venues de nombreux pays et régions, est avant tout la capitale des Yoruba. Et le fait que le Nigéria, de par son poids démographique, est un monde en soit qui n'a pas besoin de regarder ailleurs. La musique « Fuji » (dont le nom vient du Mont Fuji au Japon, la montagne de l'amour et de la paix !) inventée par Sikiru Ayinde Barrister faisait fureur. Les Lagosiens Yoruba adoraient ce musicien à la fois moderne et ancré dans la tradition. Le style musical de Barrister s'est progressivement modernisé au fil du temps, incorporant même des jeux de guitares de style Juju et des instruments électroniques. Mais le coeur de sa musique est toujours resté son groupe de 15 à 20 percussionnistes jouant des instruments traditionnels yoruba et sa voix impériale.
Barrister était un MC très recherché, qui conférait un grand prestige aux célébrations de mariage somptueuses. Sa présence attirait de nombreux invités de marque, sans compter la foule de badauds à l’extérieur venue pour écouter la musique et peut être même apercevoir le « Balaa of Lagos ». La voix majestueuse de Barrister accompagnée de percussions polyrythmiques frénétiques créaient une grande excitation et étaient le summum pour danser. J'ai eu le grand privilège de le voir deux fois en concert dans les années 1990. Barrister est malheureusement resté quasi inconnu en dehors de la communauté Yoruba.
Après nos posts sur les musiques Yoruba Apala et Sakara, nous présentons maintenant le style de musique Fuji, qui fait en quelques sortes le pont entre le monde traditionnel et le monde moderne. Voici un des premiers albums de Barrister avec une texture sonore traditionnelle datant de 1976. La face A est une piste très lente, nécessitant une précision rythmique beaucoup plus grande comparé à un tempo rapide. La face B avec ses sublimes chœurs tombants derrière sa voix imposante est un vrai délice.
Download

Wednesday, March 21, 2018

SARDINIA – SARDAIGNE
Music of Sardinia (Musica Sarda) Vol. 3 – Traditional Songs & Dances – Polyvocal Songs & Instrumental Music – Albatros VPA 8152, recorded 1953-1969 (LP)




The highly distinctive and immediately recognizable music from the Italian island of Sardinia features stunning polyphonic throat singing and the use of the launeddas, a polyphonic triple clarinet (which dates back to the eighth century B.C.) with one pipe that acts as a drone.
Volume 3 of the Albatros label’s wonderful three-record anthology showcases polyvocal songs on Side A and instrumental music, often played to accompany dancing, on Side B.

La musique Sarde porte une signature distinctive immédiatement reconnaissable, avec notamment des fascinants chants polyphoniques et le launeddas, une clarinette polyphonique à triple tuyaux (qui remonte au huitième siècle av. J.-C.) dont un est utilisé comme un bourdon vibrant sur une seule note.
Le volume 3 de cette superbe anthologie de trois disques du label Albatros présente des chants sur la Face A et de la musique instrumentale, qui accompagne le plus souvent la danse, sur la Face B.

Download

Thursday, March 15, 2018

CHINA – CHINE
Unesco Collection – A Musical Anthology of the Orient – BM 30 SL 2032 (LP)









This is one of my very favorite Chinese traditional music records, especially the fiery The Great Embuscade with Li Tingsong on the pipa lute (Side A2) and the introspective Flowing Waters performed by Guan Pinghu on the qin zither (Side B1).

Un de mes albums préférés de musique traditionnelle chinoise, avec notamment le fougueux La Grande Embuscade joué par Li Tingsong au luth pipa à 4 cordes (Face A2) et l’introspectif Eaux Courantes interprété par Guan Pinghu sur la cithare quin à 7 cordes (Face B1).


Download 
MP3


Photographs below are from Trois Mille Ans de Peinture Chinoise by Yang Xin, Richard M. Barnhart, Nie Chongzheng, James Cahill, Lang Shaun and Wu Hung, Editions Philippe Picquier, 1997: